Les 5 questions les plus fréquemment posées sur la protection contre les surtensions

La dépendance grandissante des équipements interconnectés dans la sphère domestique et le secteur économique fait qu’une protection adéquate contre les surtensions est indispensable au maintien de toute activité. Le remplacement d’un élément endommagé ou sa dégradation rapide entraîne des dépenses financières importantes, parfois difficiles à supporter. La surchauffe, quant à elle, augmente le risque d’incendie et, par conséquent, les risques de dommages aux personnes.

La principale différence entre les surtensions transitoires et permanentes est leur origine et leur durée. Les surtensions transitoires sont des hausses de tension, de très courte durée (millisecondes), mesurées entre deux conducteurs, ou entre le conducteur et la terre. En ce qui concerne leur origine, elles peuvent être dues à des décharges électriques atmosphériques (foudre), à des processus de commutation ou à des défauts (contact à la terre ou court-circuit.

D’autre part, les surtensions permanentes ou tenues sont des hausses de tension sur une période de temps plus longue, voire indéterminée. Elles se produisent en raison d’une décompensation des phases, généralement causée par des problèmes dans le réseau de distribution électrique, ou en raison de défauts dans la connexion du conducteur neutre ou de la rupture de ce dernier.

En raison des conséquences que peut entraîner une hausse de tension dans n’importe quelle installation électrique, qui peuvent aller de la dégradation et de la perte des équipements connectés à des incendies, il est important de pouvoir compter sur des dispositifs de protection contre les surtensions (DPS ou SPD en anglais) adaptés aux besoins de chaque installation.

De l’origine des surtensions au type de dispositif de protection (parafoudre) à choisir, en passant par les normes en vigueur, voici les cinq questions auxquelles les spécialistes d’Aplicaciones Tecnológicas répondent le plus souvent sur la protection contre les surtensions.

1. La protection contre les surtensions est-elle obligatoire ?

Il existe plusieurs règlements, codes, normes, spécifications et manuels qui prescrivent la protection contre les surtensions :

– Règlement Électrotechnique de Basse Tension : Les systèmes de protection des installations intérieures ou réceptrices de basse tension doivent empêcher les effets des surintensités et des surtensions qui, pour diverses causes, sont à prévoir dans ces installations.

– Code technique de la Construction SUA8 : La structure métallique du bâtiment, l’installation métallique, les éléments conducteurs externes, les circuits électriques et de télécommunication de l’espace à protéger et le système externe de protection contre la foudre doivent être reliés par des conducteurs d’équipotentialité ou des limiteurs de surtensions au réseau de terre.

IEC 61643 (UNE-EN 61643): Cet ensemble de normes définit les conditions requises pour les parafoudres et à leur application.

– Spécification particulière ENDESA NRZ103 : Les lignes électriques dans tous les nouveaux projets ou travaux de rénovation dans les installations de raccordement basse tension doivent être protégées contre les surtensions transitoires et permanentes

– Manuel technique IBERDROLA MT 2.80.12 : L’installation de dispositifs de protection contre les surtensions de type 1 est obligatoire dans les bâtiments dotés de systèmes de protection externe contre la foudre ou se trouvant dans un rayon inférieur à 50m.

2. Comment les surtensions transitoires et permanentes se génèrent-elles ?

Les surtensions transitoires sont des hausses de tension de très courte durée, mesurées entre deux conducteurs, ou entre un conducteur et la terre. Les surtensions permanentes ou temporaires sont celles qui ont une durée relativement longue (plusieurs cycles).

Les surtensions transitoires peuvent être produites par des décharges électriques atmosphériques ou par des processus de commutation.

Les décharges atmosphériques peuvent produire des surtensions conduites ou directes, des surtensions induites ou indirectes (par le champ électromagnétique généré par la décharge) et des augmentations du potentiel de terre.

Les surtensions de commutation peuvent se produire par des commutations de machines de grande puissance ou par manoeuvres et/ou défauts dans l’alimentation électrique.

Les surtensions permanentes, quant à elles, sont causées par la décompensation des phases, normalement provoquée par une rupture ou un défaut du conducteur neutre et/ou des défauts dans les postes de transformation.

3. Comment choisir entre les parafoudres de type 1, 2 ou 3 ?

Les dispositifs de protection de type 1 sont testés avec une onde de type foudre de 10/350 µs, simulant les effets d’une décharge directe de la foudre.

Les dispositifs de protection de type 2 sont testés avec une onde de type 8/20 µs, simulant les effets secondaires de la foudre (conduction, induction et élévation du potentiel de la terre).

Les dispositifs de protection de type 3 sont testés avec une onde combinée d’impulsions de tension et de courant, simulant des surtensions déjà amorties.

Les dispositifs de protection de type 1 doivent être installés dans les tableaux principaux, à l’extérieur des bâtiments et dans les salles centrales des compteurs, en particulier si le bâtiment dispose d’un système de protection externe contre la foudre.

Les dispositifs de protection de type 2 doivent être installés dans des tableaux secondaires et toujours coordonnés, à une distance d’au moins 10 m, avec les dispositifs de protection de type 1 en amont de l’installation.

Les dispositifs de protection de type 3 sont généralement installés à proximité des équipements, ou lorsqu’ils se trouvent à plus de 30 m du parafoudre qui précède, laissant des tensions résiduelles très faibles.

Il existe également des dispositifs de protection combinés de type 1+2 ou de type 2+3 qui combinent ces différentes caractéristiques.

4. Est-il approprié d’installer un interrupteur magnétothermique pour se protéger contre les courts-circuits, en série avec le parafoudre ?

Non. Selon la norme internationale IEC 61643, les fusibles sont les protections préalables contre les courts-circuits les plus appropriées. Un interrupteur magnétothermique se déclenche à la fois par des effets thermiques et magnétiques. Une décharge au sol d’une surtension transitoire a une composante magnétique élevée, de sorte que toute décharge peut déclencher l’interrupteur magnétothermique précédent sans que le parafoudre ne soit défectueux, laissant, sans prévenir, la ligne non protégée face aux futures surtensions.

En revanche, un fusible ne se déclenche que par effet thermique, c’est-à-dire lorsque le parafoudre défectueux se met en court-circuit, protégeant ainsi l’installation lorsque cela est réellement nécessaire.

5. Suis-je totalement protégé(e) avec une protection contre les surtensions sur les lignes d’alimentation électrique ?

Bien que cela puisse sembler être le cas au niveau réglementaire, les surtensions peuvent en fait pénétrer par par n’importe quel conducteur qui entre dans l’équipement :

  • Lignes téléphoniques
  • Lignes de données
  • Lignes informatiques
  • Lignes coaxiales

Chaque type de ligne dispose d’un parafoudre adapté, on considérera alors que l’équipement est entièrement protégé contre les surtensions s’il y a protection des lignes électriques et aussi des données.

Protection contre les surtensions

Aplicaciones Tecnológicas dispose d’une large gamme de dispositifs de protection contre les surtensions (DPS) pour différents domaines, des environnements industriels aux environnements domestiques, qui s’adaptent aux conditions requises les plus exigeantes.

Pour les surtensions transitoires, les parafoudres de type 1 de la série ATSHOCK. Les parafoudres de type 2 de la série ATSUB et les parafoudres de type 3 de la série ATCOVER. Nous proposons également une protection pour les lignes de télécommunications et de données et les équipements spéciaux.

Les dispositifs de protection contre les surtensions permanentes fabriqués par Aplicaciones Tecnológicas se divisent en deux gammes, la série IGA TEST et la série ATCONTROL.

Pour connaître les valeurs des surtensions et pouvoir améliorer les systèmes de protection, nous disposons d’un compteur et mesureur de surtensions, le SURGE LOGGER.

Si vous souhaitez plus d’informations sur les dispositifs de protection contre les surtensions à utiliser et pour savoir où les installer, veuillez nous contacter en cliquant sur le lien suivant.

Vous pouvez également assister à l’un de nos webinaires sur la protection contre les surtensions en cliquant sur le lien suivant.