Les 5 questions les plus fréquemment posées sur les paratonnerres à dispositif d’amorçage (PDA)

Un coup de foudre est l’un des événements les plus destructeurs de la nature. Le paratonnerre à dispositif d’amorçage (PDA) est l’un des principaux éléments des systèmes de protection contre la foudre (SPF), une innovation majeure par rapport aux paratonnerres passifs ou pointes Franklin. De son installation et conditions requises jusqu’à son fonctionnement, voici les cinq questions les plus fréquemment posées sur le PDA d’Aplicaciones Tecnológicas.

Un paratonnerre à dispositif d’amorçage, également connu sous son abréviation (PDA) ou sous le nom de paratonnerre ionisant, est un système de protection externe actif contre la foudre. Lorsqu’il se déclenche, un coup de foudre ou éclair se déplace par un traceur descendant qui se propage par sauts dans toutes les directions. En s’approchant du sol, il peut frapper n’importe quel objet. Le but de tout paratonnerre est de devenir le point de décharge de la foudre, afin que le coup de foudre soit contrôlé et ne cause pas de dommages aux personnes ou aux infrastructures.

Contrairement aux autres paratonnerres, le PDA émet un traceur ascendant continu avec un temps d’avance, de sorte qu’il anticipe le coup de foudre descendant et peut le capter avant qu’il ne frappe tout autre objet dans son rayon de protection. C’est ce temps d’avance qui détermine le rayon de protection : plus le traceur ascendant émis par le paratonnerre est avancé, plus la hauteur à laquelle il captera le traceur descendant de la foudre sera élevée, et donc plus la zone de protection contre la foudre sera grande.

Avec plus de 35 ans d’expérience en matière de systèmes de protection contre la foudre, voici les questions les plus fréquemment posées sur le PDA auxquelles répondent les spécialistes d’Aplicaciones Tecnológicas:

  1. Quel est le rayon de protection d’un PDA?

Le rayon de protection d’un Paratonnerre à Dispositif d’Amorçage dépend de son temps d’avance, du niveau de protection de la structure qu’il protège et de sa hauteur au-dessus du point à protéger. Le temps d’avance le plus long qui peut être appliqué, selon les normes en vigueur, est de 60 microsecondes. Les paratonnerres ayant ce temps peuvent protéger plus de 100 mètres, mais toujours en fonction du niveau de protection et de la hauteur.

Pour tous les calculs, il existe 3 sections de hauteur différentes, respectant à la fois la norme UNE21186 et le CTE

  • Entre la pointe et 2 mètres en dessous, il est considéré que le paratonnerre n’offre pas de protection (un arc électrique peut être produit, ce qui pourrait faire que la décharge soit dirigée vers l’objet censé être protégé).
  • Entre 2 et 5 mètres, le rayon de protection varie très brutalement (de l’ordre de dizaines de mètres).
  • Au-delà de 5 mètres, le rayon de protection ne varie pratiquement pas..

L’important est de protéger le toit du bâtiment (en particulier les angles) et tous les éléments qui s’y trouvent. Pour cette raison, Aplicaciones Tecnológicas recommande d’installer le paratonnerre sur un mât de 6 mètres, et détermine le rayon de protection de ses paratonnerres pour cette hauteur dans chaque niveau de protection.

  1. Le conducteur de descente peut-il être en contact avec la structure métallique?

La norme (UNE21186) considère qu’un système isolé est un système dans lequel le courant de foudre n’est pas en contact avec la structure à protéger, ni même à une distance à laquelle une étincelle peut être produite. En pratique, cela signifie que les systèmes isolés sont uniquement ceux qui sont installés sur un mât autoportant ou sur un élément extérieur à la structure.

Si le système n’est pas isolé, le courant de foudre sera en contact avec la structure, qu’elle soit métallique ou non. Une gaine pour le conducteur, un tube en plastique ou une attache dans un matériau isolant n’est pas du tout un obstacle au courant de foudre. Il est donc important de savoir que le courant sera distribué dans toute la structure métallique. Les normes recommandent d’ailleurs cette distribution, car elle implique des chemins multiples pour la décharge, minimisant le courant en chaque point et augmentant en même temps le potentiel dans toute la structure.

  1. Le conducteur de descente peut-il passer par une plinthe ou gaine technique?

Le conducteur de descente d’un paratonnerre doit être aussi direct que possible et installé de préférence sur la façade externe. La norme UNE21186 évoque la possibilité du passage par l’intérieur, mais uniquement s’il n’est pas possible de le faire par l’extérieur, car cela implique des difficultés de vérification et de maintenance et comporte un risque dû à la pénétration du courant de foudre à l’intérieur des bâtiments. Le maintien des distances de séparation et les liaisons équipotentielles peuvent prévenir les étincelles, mais pas les surtensions.

Si, malgré cela, il est inévitable que le conducteur de descente passe à l’intérieur de la structure, la norme précise que dans ce cas, il peut être positionné à l’intérieur sur tout ou partie de la hauteur de la structure mais il doit être mis en œuvre à l’intérieur d’un conduit ininflammable et isolant dédié.

  1. À quoi sert l’éclateur et comment s’installe-t-il?

L’éclateur (également appelé éclateur d’isolement ou ISG en anglais) est un composant qui isole électriquement différentes parties conductrices d’une installation avec une distance de décharge qui, en cas de coup de foudre, se court-circuite unissant ces parties. Il est utilisé pour unir électriquement des éléments qui peuvent poser des problèmes, comme la corrosion par exemple, s’ils sont habituellement connectés mais qui doivent être unis lors de la décharge pour éviter des étincelles dangereuses. Ils sont généralement utilisés pour relier le mât d’antenne et d’autres éléments métalliques sur le toit au conducteur de descente, ainsi que pour relier la prise de terre du paratonnerre à la prise de terre générale du bâtiment.

Il doit donc toujours être installé en parallèle avec le conducteur de descente, sans jamais l’interrompre, car cela séparerait le paratonnerre de la prise de terre et l’empêcherait de fonctionner.

  1. Le SPF doit-il avoir une prise de terre indépendante?

Selon la norme UNE21186, une prise de terre doit être réalisée pour chaque conducteur descendant du paratonnerre, avec au moins deux électrodes et une valeur de résistance inférieure à 10Ω. Habituellement, 3 électrodes verticales sont installées en formant un triangle dont les côtés sont égaux à leur longueur, car il a été prouvé que c’est la forme qui dissipe le mieux et le plus rapidement le courant de foudre dans le sol.

Toujours selon la norme, il est conseillé que toutes les prises de terre du bâtiment soient unies. Habituellement, un éclateur d’isolement est utilisé pour relier la prise de terre du paratonnerre à la prise de terre générale, afin d’éviter d’éventuels problèmes de bruit ou de corrosion.

Quoi qu’il en soit, la prise de terre est un élément indispensable du système de protection contre la foudre et il est important qu’elle se fasse directement après la descente.

DAT CONTROLER® REMOTE, un paratonnerre à la pointe de la technologie

Les paratonnerres DAT CONTROLER® d’Aplicaciones Tecnológicas S.A. sont équipés de la dernière technologie en matière de dispositif d’amorçage. De plus, dans la gamme Smart Earthing and Lightning Solutions, le paratonnerre intelligent DAT CONTROLER® REMOTE dispose d’un autodiagnostic de la tête captrice et d’une communication via IoT du résultat afin de superviser à distance le bon fonctionnement de l’équipement.

DAT CONTROLER® REMOTE fait partie de la gamme Smart Lightning and Earthing Solutions, une ligne qui applique une technologie intelligente de pointe et réalise une optimisation complète des SPF en intégrant algorithmes et Big Data dans les systèmes de contrôle automatisés.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les Paratonnerres à Dispositif d’Amorçage, contactez-nous en cliquant sur ce lien.