Un paratonnerre pour le XXIe siècle

Fin du XVIIIe siècle. Découverte de la nature électrique de la foudre et de la possibilité d’éviter ses dégâts en lui  donnant un chemin à la terre. Cela a entraîné la protection des bâtiments les plus élevés et les plus importants de l’époque à l’aide de pointes de capture, de conducteurs de descente et de prises de terre. De nombreux ravages économiques et personnels, provoqués par des incendies et  des dommages causés par ce phénomène, ont ainsi été évités.

XIXe siècle. L'utilisation du paratonnerre se généralise, permettant la détection de failles dans la pratique par rapport aux modèles théoriques. Cela marque le début de diverses propositions de solutions alternatives pour calculer le volume protégé.

XXe siècle. Les connaissances et  les moyens technologiques qui se développent  durant ce siècle, permettent de commencer à étudier la foudre d'un point de vue physique : sa formation et son développement, ses paramètres, ses mécanismes de décharges et ses effets. L’expérience a démontré, souvent avec force, que la prévision de l'étendue de la protection autour des paratonnerres avait été bien trop optimiste.

Quelle solution a alors été adoptée? Multiplier le nombre de points d'impact possibles et diversifier les chemins de descente à la terre. Cela semblait suffisant, cependant cette solution est difficilement applicable dans de nombreux cas, pour des raisons architecturales et surtout économiques.

La recherche a continué, se tournant vers  la technologie et la connaissance du mécanisme de formation de la foudre afin d'optimiser la solution de protection.

Quelle a été la principale avancée dont nous disposons aujourd'hui ?

Sans aucun doute, les paratonnerres à dispositif d’amorçage (PDA), avec des composants électroniques robustes qui permettent d'aller au-delà de l'invention de Benjamin Franklin. Le PDA n'est pas un simple récepteur d'impact et offre un plus grand rayon de protection. Tout cela,  basé sur des normes exigeantes qui prévoient les essais auxquels ils doivent être soumis, ainsi que les conditions requises pour leur correcte installation.

XXIe Siècle. Il est vrai que même aujourd'hui la solution de Franklin est encore utilisée dans de nombreux endroits. Mais, de plus en plus, les  paratonnerres technologiquement avancés qui améliorent le contrôle de la foudre, sont installés. Sont également incorporer  habituellement, comme complément de cette protection,  des compteurs qui enregistrent les caractéristiques de ces phénomènes (intensité, polarité, puissance, date et heure) ainsi que des dispositifs de détection locale d’orages qui mettent en garde contre le risque de foudre avant son impact sur la terre, de sorte que l’on peut éviter la pratique de certaines activités lorsqu’un risque élevé est détecté.

On constate que les nouvelles solutions utilisent la dernière technologie afin d'améliorer l'efficacité des systèmes de protection et sont adaptées aux besoins de notre époque, où l'optimisation des ressources, l'impact environnemental, l’esthétique et bien sûr, la sécurité, sont valorisés.